Warning: Use of undefined constant HEAD_LLENGUA - assumed 'HEAD_LLENGUA' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/rocasin/public_html/ayllon.info/include/head.php on line 20
Ayllón - Festivals
Ayllon - El Pueblo Español
VOLVER
Les fêtes les plus populaires sont principalement les traditionnelles de « San Miguel », Patron d’Ayllón, le jour 29 septembre ; et la plus moderne d’« Ayllón Médiéval » le dernier week-end de juillet.

Fêtes de San Miguel

Ces fêtes durent environ une semaine en coïncidant avec le 29 septembre qui est la fête majeure du patron San Miguel. Actuellement je suis à Barcelone et par ces dates je suis en train de travailler, parce qu’actuellement je ne peux pas y aller ; mais lorsqu’il arrive ce jour il toujours me vient à ma mémoire mon enfance et jeunesse dans les fêtes d’Ayllón et je me laisse porter par mon imagination pour me déplacer par un moment à mon village et j’ainsi vous dois raconter ce que nous faisions :

Pendant un mois les plus jeunes du village en des groupes d’amis nous préparions le « peña » (club), qui consistait à aménager un local pour les fêtes.


On y passait l’après-midi, on peignait, on mettait des papiers sur les murs, et le plus important, c’était que c’était une façon de se rencontrer et de passer quelques heures divertissantes, en profitant de notre façon de faire quelque chose ensemble. Quand les fêtes arrivaient, chaque « peña » avait son local aussi bien aménagé que possible. On faisait un concours pour voir quelle « peña » était la plus captivante de toutes. Maintenant je pense que ce n’était pas le prix lui-même qui était important, je suppose parce que notre groupe ne l’a pas gagné et je ne m’en souviens pas, mais il me reste à imaginer que c’était assez motivant pour vouloir le faire le meilleure possible.

La fête commençait avec le défilé de la reine et des demoiselles d’honneur, qui étaient naturellement les plus belles filles du village. Puis le maire nous a donné son cri pour nous indiquer qu’il commençait, une autre année, les fêtes de notre patron « San Miguel ».


Il ne manquait personne, du plus petit au plus âgé, écoutant avec enthousiasme les paroles qu’ils voulaient nous dire, à tous, que nous nous réunissions une autre année pour célébrer les fêtes de notre peuple. Lorsqu’il terminait de parler, la musique commençait sur la place, et tous ceux qui étaient là dansaient au son de cette musique, qui encore aujourd’hui me vient à la mémoire : ces valets du nouveau maître de jeu que j’aimais tant, et que je continue à mettre dans ma maison de temps en temps.
Nous allions de club en club pour voir aussi bien qu’ils l’avaient ornée, et boire une délicieuse limonade que nos préparions chacun et qui avait un goût différent en dépendant du club que c’était.

Ces jours-là, tout était joie et agitation, mais le rappelle d’une façon saine. Il buvait un peu trop, mais il dormait un peu, et le lendemain matin, il était prêt à commencer une autre fête. Les musiciens du village et les garçons, jouant dans le défilé, allaient de maison en maison, où il y avait une jeune fille, qui sortait sur le balcon pour les voir.

Ce que je ne pouvais pas manquer, c’était « les taureaux ». Je sais que certains peuvent penser qu’ils ne les aiment pas parce qu’ils maltraitent les animaux. Je n’aimais pas voir le taureau mourir. Mais le souvenir que j’ai c’est plutôt l’ambiance de fête et la musique qu’il y avait là-bas.

Une autre chose intéressante était les concours et les activités pour tout le village. Du plus petit au plus grand, ils pouvaient participer. L’une d’elles était de s’attacher les pieds et de devoir aller d’un côté à l’autre et remplir un panier de pommes de terre pour voir qui l’avait rempli le plus.


Il y avait des concours comme celui de danses typiques : pasodobles, tango et bien sûr jotas (valets) ; jusqu’au concours de force, de tirer sur une corde pour voir qui emmenait l’autre groupe. C’était une semaine amusante pour tout le monde.

Ne pouvait pas manquer le divertissement nocturne dans laquelle quelques groupes musicaux faisaient danser à tous dans la place et dans le salon de danse du village.

 

Ayllón Médiéval


Une autre fête remarquable et que chaque an gagne plus importance il est la d’« Ayllón Médiévale ». Celle-ci se célèbre le dernier week-end du mois de juillet. Il porte en se célébrant depuis 1997 et chaque an ils accourent mais personnes, autant des voisins du village et environs, aussi bien que visiteurs de tous les lieux. Au début il seulement était un jour la fête, mais en raison de sa grande participation, ils se sont dernièrement mis deux jours : samedi et dimanche.

Cette fête consiste à revenir à l’époque médiévale en concret à l’an 1423. Il se produit un changement ou mieux dit une véritable transformation.
Tous les gens du village, quelques semaines avant, changent l’aspect actuel par un autre qu’ils auraient dans cette époque.
Ils participent depuis le menuisier, forgeron, maçons et, bien sûr, toutes les dames du village qui se consacrent à faire robes pour être à point toute la famille.
Il se peut voir aussi bien que, depuis le grand-père jusqu’au plus petit de la maison, ils semblent actif entré dans le tunnel du temps pour s’enfoncer dans l’époque plus esplendorosa de l’âge médiéval du siècle XV.
Les maisons se parent avec pendones, drapeaux et boucliers correspondants aux dames et des cavaliers que là habitent. Ils sortent à la rue en attente du monarque. Le village d’Ayllón célèbre ces jours de fête en organisant un marché au milieu de la place qui a été transformée à cette époque.








Les gens du lieu, et ceux qui le désirent, sont vêtus comme au XVe siècle, en pouvant trouver des chevaliers avec leurs chevaux, des dames de haute alcurie, des mendiants, des moines, des maures et des chrétiens, et un nombre sans fin de personnages qui attendent l’arrivée du roi Don Juan II et du contestable de Castille, Don Alvaro de Luna. En attendant l’arrivée de ces personnages illustres, on peut profiter du conteur qui nous raconte toute l’histoire de Don Álvaro de Luna depuis son arrivée dans notre village jusqu’à son exil et à sa mort tragique.

Ce que je vous explique peut être vu plus en détail sur ce même site web quand il parle de l’histoire d’Ayllon. On peut aussi en profiter, comme non, en se promenant dans le marché où on voit les artisans travailler la boue, le bois, le verre, et un arrêt sans fin où on peut trouver des costumes de l’époque, armures et autres ornements, même des pointes confectionnées avec des mains expertes comme vous pouvez le voir sur les photos ci-jointes.

Dans l’après-midi, on peut profiter de concerts de musique ancienne et renaissance, et par la nuit toutes les lumières artificielles ont disparu et on voit qu’elles éclairent les torches de cette époque, le village retrouve un aspect particulier et ressemble à un authentique village médiéval. Les concerts de musique celtique ou flock donnent la dernière touche médiévale au peuple.

Le marché est toujours ouvert le dimanche, et ceux qui n’ont pas pu venir le samedi peuvent regarder les différents étals, et ceux qui l’ont vu le samedi, ils aiment toujours regarder les tuiles faire à la main, ou manger du pain avec « chorizillo » et délicieux « tocinillo » qui est pour sucer vos doigts. Eh bien, vous me comprenez, n’est-ce pas ? C’est une phrase typique de nous pour dire qu’il est génial. De plus, au cas où je ne vous l’aurais pas dit, tous les achats sur le marché sont payés avec des maravedis, qui étaient la monnaie de l’époque. Il y a une banque où on échange des euros contre des maravedis, parce que, bien sûr, ces gens sur le marché ne comprennent pas que c’est un euro.

L’après-midi, il y a un tournoi, avec les meilleurs chevaux avec ses cavaliers, pour voir lequel gagne. C’est un spectacle à voir, moi en particulier, il me fait déménager à cette époque. Les chevaliers avec leurs armures. C’est à voir.
Par la nuit, dans l’acte final, la musique celtique ou flock, dit au revoir jusqu’au prochain an en que nous reviendra à délecter avec cette musique que a pour cadre toute cette fête.

Torneo     Torneo
 

D’AUTRES FÊTES

Naturellement celles-ci ne sont pas les uniques fêtes qui se célèbrent à Ayllón, mais oui les plus importants, des autres fêtes que se célèbrent dans le territoire communal d’Ayllón, il faut souligner la ferveur qui éveille parmi les habitants de la région, le « Pèlerinage du Père Éternel », pèlerinage qui se célèbre à Estenbavela, village voisin d’Ayllón, le dimanche suivant la Pentecôte.

Une autre fête digne de mentionner est la « Croix de Mai » que se célèbre le premier dimanche de mai. CHAPELLE DE LE SAINT-CHRIST Cette fête est célébrée parce que les gens du peuple ont beaucoup de dévotion pour le « Saint-Christ » qui est comme on appelle un ermitage qui est à la sortie du village, et que les voisins, l’après-midi, ont l’habitude d’aller lui rendre visite et prier. A L’INTÉRIEUR DE LA CHAPELLE DE LE SAINT-CHRIST Mais ce jour-là, on va au « Saint-Christ » et on vend aux enchères différentes offrandes : des beignets faits par la boulangère, de la viande d’agneau et même un manteau fait main. Ce qu’on récolte toujours, c’est pour l’ermitage, pour qu’il soit toujours prêt. Le peuple en prend soin avec beaucoup de soin et de respect. Ensuite, on va dans la rue à l’extérieur de l’« ancien couvent » et tout le village s’y déplace du plus vieux au plus petit qui danse au son de la musique tout l’après-midi. C’est une fête que j’adore.

A part cette fête, il y en a d’autres comme le « Jueves lardero » qui est le jeudi précédant le mercredi des cendres, qui mange le très typique « tendida », qui consiste en un pain spécial avec omelette et saucisson au piment ; il est délicieux. Et puis, bien sûr, le mardi de carnaval, où on peut voir les plus jeunes, et moins jeunes, se déguiser en costumes les plus imaginatifs et décoratifs.

INICIO VOLVER

Site créé par barcino.cat

Deprecated: Directive 'allow_url_include' is deprecated in Unknown on line 0