Ayllon - El Pueblo Español

   
VOLVER
AYLLÓN
Quand on visite l’Ayllon, on a l’impression d’être entré dans l’étape la plus splendide du médiéval et de la chose curieuse, ce village, conserve ce charme avec la modernité du temps qui l’entoure. La simplicité de leur peuple et surtout la joie de vivre qu’ils ont font que ce soit pour les visiteurs la meilleure thérapie pour soulager toutes les tensions et tous les problèmes de notre monde. D’un côté, vous remplissez de culture les amateurs d’art et de l’autre d’une paix spéciale qui vous fait du bien. 
PONT ROMAIN SUR LA RIVIÈRE AGUISEJO
L’ARC

Ayllón est déclaré Ensemble Historique - Artistique de caractère national par décret 1.201/73 du 19 mai et a obtenu plusieurs prix, parmi eux, en 1973, le premier prix du Concours P. d’Embellissement des Villages et l’accésit du Premier Prix National en 1974.

En tant qu’ayllonense que je suis, je vous conseille de faire le parcours suivant pour effectuer la visite : traversez le pont romain en pierre, sur la rivière Aguisejo, et vous vous retrouverez devant une porte d’aspect guerrier grossier qui était l’entrée au Château. Aujourd’hui appelé par les villageois « L’Arc », c’est l’entrée principale du village.

En face se trouve le palais de Juan Contreras. Il semble que ce personnage ait été conseiller municipal de Ségovie, qu’il ait assisté au couronnement de la reine Elisabeth la Catholique, dans l’atrium de San Miguel, le 13 décembre 1497, puis qu’il ait résidé en Ayllon. Il a une façade éminente de style élisabéthain. À l’intérieur de la maison, on peut apprécier différents styles à caissons qui ont été en parfait état de conservation. Elle est reproduite dans Le Peuple Espagnol de la montagne de montjuïc de Barcelone. 

PALAIS DES CONTRERAS

Continuant la promenade, à quelques mètres du palais de Juan de Contreras, par une rue étroite se dresse l’espace ouvert et lumineux de la Plaza Mayor (Place Majeure), magnifique place d’aspect médiéval pour ses vieux supports en bois, au fond de laquelle se trouve la Maison de l’Hôtel de Ville, qui aurait été le premier palais des Marquis de Villena, sur la façade desquels ressortent leurs armoiries, a été cédé au Conseil d’Ayllon vers 1620. À côté se trouve l’église San Miguel, avec une abside romane, peut-être du XIIIe siècle, avec les armoiries de la famille Contreras sur la façade, une magnifique couverture et des enterrements de Gentilhommes à l’intérieur.

PLAZA MAYOR
BANK D’ÉPARGNE - CENTRE DE RETRAITÉS

De l’autre côté de la place, à gauche, en face de l’église Saint-Michel, se trouve la Maison de la Tour, le plus ancien bâtiment civil du village qui fut la caserne de la Garde civile. Aujourd’hui réformé, en bas se trouve la Caisse d’Épargne de Ségovie et en haut le Centre des retraités. Cette maison est également reproduite dans l’enceinte du Peuple Espagnol de Barcelone.

PALAIS DE L’ÉVÊQUE VELLOSILLO

En continuant sur la rue du Puzo, on peut voir la maison-palais de l’« évêque vellosillo », datant du XVIe siècle, avec cour intérieure, escalier en pierre et plafonds à caissons de l’époque. Sur le portail, on peut voir le bouclier des poils, ainsi que sur chaque fenêtre et chaque balcon.

Don Fernando de Vellosillo est intervenu en tant que théologien au Concile de Trente le 18 janvier 1562, puis a été nommé par le roi Philippe II, Conseiller comme prix de son travail, et en 1566 Évêque et Seigneur de Lugo.

RUE DU POZO
ÉGLISE PARROQUIAL DE SAINTE MARIA LA MAJEURE

En montant à la droite de la place Majeure, et en arrivant au coin de la rue Le Parral, il y a une Maison-Palais qui aurait appartenu à l’impératrice Eugenia de Montijo. Le blason appartient à la famille Portocarrero. Et en face de cette maison se trouve l’Église paroissiale de Santa Marîa la Majeure sur la place « Ángel del Alcázar ».

MAISON-PALAIS EUGENIA DE MONTIJO
VISITA_IORRE

En suivant l’église Santa Marîa La Majeure, dans la rue « Doctor Tapia », nous nous trouvons à droite de la rue une autre demeure que tous appellent la « Casa del Águila » (Maison de l’Aigle), par son écu sur le mur.

Continuant par la rue « Doctor Tapia » peu après la « Casa del Águila », par une ruelle étroite, elle se penche avec toute sa beauté « La Martina », tour de pierre avec ses créneaux correspondants, appuyée sur le bord de la colline qui domine le village, qui semblent être les restes de ce qui fut le château de Don Alvaro de Luna.

MAISON DE L’AIGLE

Le jour, elle est mince et élégante comme si le temps n’était pas passé par elle. On peut monter de nombreuses autres ruelles, mais c’est d’ici qu’on voit le plus clairement.

Vers midi, il nous avertit avec ses cloches, comme il avertissait autrefois les cultivateurs qui étaient dans le champ que l’heure de la prière de l’Angelus était venue et qu’il continuait à faire son travail en nous indiquant que le jour est à sa moitié. La nuit, quand tout est silencieux et que l’obscurité envahit tout le village, « La Martina » se transforme et de cette tour élancée et élégante de jour, il reste maintenant un immense Buo, qui veille comme une sentinelle sans relâche pour prendre soin de son cher peuple.

LA MARTINA (VUE DE CÔTÉ)

MONTÉE AU CHÂTEAU  PANORAMIQUE DEPUIS LE CHÂTEAU
LES PAREDONES (DÉTAIL)

Il reste aussi un mur appelé « Los Paredones », qui est l’un des vestiges de l’occupation arabe du VIIIe siècle, formé de tapial de grande épaisseur, qui servait de fortification au sommet du Château. On peut supposer que c’est de là qu’ont été arrachées les murailles qui entouraient la ville, dont il reste encore de grands restes comme ceux de la promenade des adarves et ceux de la route de Soria.

LES PAREDONES
PORTE DE L’ÉGLISE DES RELIGIEUSES

En suivant la promenade dans la rue « Doctor Tapia », nous avons finalement trouvé ce qui était le couvent des Concepcionistas fondé par le Marquis de Villena. Dernièrement, les nonnes avaient une auberge pour les visiteurs qui voulaient passer par la ville, mais vers les années 40-80, elle fonctionnait comme une école et d’innombrables étudiants sont passés par ici, parmi eux qui vous guide, et c’est de là que nous sont venus nos souvenirs d’enfance que nous gardons avec nostalgie quand Sœur Thérèse, Sœur Annonce, Sœur Purificatrice, Sœur Dépuratrice et la chère de tous Mademoiselle Garay qui nous a enseigné, comme elle le disait bien, à être des personnes.

Faisant partie du couvent, il y a l’Eglise qui, à l’intérieur, se trouve une belle image de l’Immaculée Conception attribuée à Alonso Cano.

IMMACULÉE CONCEPTION D’ALONSO CANO

EXCONVENTO DE SAINT FRANÇOIS ESPADANA DE L’EXCONVENTOA l’extérieur de la ville et à côté de la route d’Aranda de Duero, se trouve l’ancien Couvent de San Francisco, aujourd’hui appelé populairement : « El Exconvento ».

Si la pieuse tradition indique que cette sainte maison a été fondée par le séraphique patriarche d’Assise, si l’histoire montre qu’il y a été l’hôte de l’été 1411 du futur roi d’Aragon, don Fernando d’Antequera, Monsieur d’Ayllon, pendant que la Cour restait dans ce village ; si le populaire dominicain valencien San Vicente Ferrer s’est alors rendu à ce cenobio, où se sont sans doute tenues d’importantes conférences ; si à l’intérieur de ces murs dorment le sommeil éternel, mesdames et messieurs de noble lignée, comme les Daza, Vellosillo et Pacheco, et les familles non moins importantes des Chaves et Temiño, ou le comte de St Esteban de Gomaz, on ne peut laisser dans l’oubli volontaire ce joyau historique et monumental.

Si les avatars du siècle dernier, avec leurs désamorçages, exclamations et pillages, ont profané cette enceinte sacrée, il reste debout, pour marquer la statique majesté de sa sévère façade, l’ESPADAÑA (Clocher-mur) (construction que la tradition franciscaine imposait, à de rares exceptions près, pour s’éloigner de l’ostentation que signifiait un clocher dans leurs communautés) qui regarde le ciel et les reliefs classiques des Évangélistes, les boucliers et l’image de pierre de SAINT FRANÇOIS.

Cette propriété de l’« Exconvento » demeura dans mon enfance la propriété d’un seigneur du peuple, Julio Montejo, où nous, les enfants, jouions sans connaître la grande importance que j’avais eue dans l’histoire. Plus tard, elle a été vendue à un médecin illustre qui l’a réformée et qui lui appartient, et elle est fermée au public. Un jour par an, le 3 mai, jour de « La Cruz », les gens du village se réunissent en pèlerinage jusqu’à la façade de l’« Exconvento » et y organisent une fête à laquelle participent tous, des plus petits aux plus grands, et ainsi est conservée cette tradition de parents à enfants. C’est sa façon de revivre un peu la splendeur de l’histoire de l’Ayllon. Il sert actuellement d’établissement hôtelier.

INICIO VOLVER

Site créé par barcino.cat